Entreprise generale Geneve – Hestia Entreprise generale Geneve – Hestia
 
Hestia et Swissroc Group : un partenariat gagnant-gagnant
12

Posté par  dans Actualités

Depuis décembre dernier, Hestia Constructions SA (Hestia) a rejoint Swissroc Capital Holding (Swissroc Group). Six mois après ce rachat, l’heure est au premier bilan pour l’entreprise générale genevoise. Après une période d’observation, Philippe Blanc, directeur exécutif, l’affirme, le doute a cédé la place à l’enthousiasme.  Il faut dire que tout en préservant son identité, l’entreprise tire profit de son adossement à Swissroc Group pour se développer, en prenant notamment le virage de la digitalisation. Lumière sur les conséquences de ce rapprochement.

Une intégration en douceur

La décision s’est fait attendre. Après plusieurs mois de discussion, Hestia, créée en 2010, a rejoint Swissroc Group, fondée en 2013. Le Groupe genevois de services immobiliers à 360°, actif dans les domaines de la construction, transaction, développement et pilotage en Suisse romande, a su convaincre les investisseurs de l’entreprise générale, détenue en majorité par Vertical Holding SA. L’objectif de la transaction, pour Abdallah Chatila, ancien propriétaire, supprimer tout risque de conflit d’intérêts. Face à plusieurs offrants, dont de grands groupes de construction internationaux, l’aspect local de Swissroc et son approche innovante de l’immobilier ont fait la différence.  Précurseur du BIM (Building Information Modeling) en Suisse romande, il a ouvert une filiale dédiée à l’innovation et à la digitalisation dans le secteur immobilier. Pour Philippe Blanc, consulté régulièrement pendant les négociations, la bonne entente entre les directions des deux entités a également pesé dans la balance, renversant même les préjugés initiaux :

“Il y avait un certain scepticisme je l’avoue. Swissroc est une entreprise jeune, très médiatisée, mais qui avait encore à prouver. Nous avons toutefois trouvé en face de nous des personnes très professionnelles, à l’écoute, humbles et respectueuses de notre travail et surtout de notre identité.

Le nom d’Hestia a en effet été maintenu pour des raisons commerciales et de notoriété évidentes et les équipes laissées en place, soit 27 collaborateurs.

“Les métiers de la construction sont très relationnels. Le lien entre les équipes, la confiance nouée entre les collaborateurs sur un chantier sont la clé de l’efficacité, donc de la rentabilité”, ajoute le directeur d’Hestia. Un aspect non négligeable pour Swissroc Group puisque l’entreprise générale annonce un carnet de commandes brut de plus de 300 millions de francs d’ici 2022, dont la moitié environ avec des tiers. Un chiffre élevé qui s’explique notamment par le chantier en cours de Stellar 32 à Plan-les-Ouates, à côté du siège de Polo Ralph Lauren.

Du côté des collaborateurs, bien qu’il ait fallu de la patience et de la diplomatie pour rassurer et permettre l’adhésion au Groupe, c’est surtout l’attente précédant l’annonce du nouveau propriétaire qui a été quelque peu difficile à vivre. “On entendait tout et n’importe quoi dans les couloirs, licenciements, démissions, fusion, j’ai tout entendu, même que j’allais perdre ma place. Dans le milieu également les rumeurs allaient bon train. Une période aujourd’hui révolue.

Swissroc, levier de développement 

Si Hestia a conservé sa clientèle et sa réactivité de PME, son intégration au sein d’un Groupe dynamique et innovant, lui permet d’accéder à une autre dimension, celle du BIM (Building Information Modeling). Un enjeu de taille pour Philippe Blanc, qui malgré son approche traditionnelle du métier, reconnaît l’inéluctabilité de l’implémentation de cette méthodologie de travail :

“Le BIM n’est pas une mode passagère, car il en découle des besoins opérationnels du marché qui concernent tous les acteurs. À terme, le BIM fera partie intégrante des appels d’offres publics et privés, car il réduit les coûts de défauts d’interopérabilité et permet de piloter des projets de plus en plus complexes avec des délais de plus en plus réduits”, explique ce dernier. Ajoutant que pouvoir bénéficier de l’expertise de Swissroc est une chance, compte tenu du manque d’intégration de l’approche BIM dans l’enseignement de base des filières de formations spécialisées. La mise à niveau des équipes d’Hestia a déjà commencé. Les spécialistes de Swissroc se rendent régulièrement dans l’entreprise pour transmettre leurs compétences aux chefs de projets. Une approche collaborative qui s’applique également pour le système de management de projet Procore. Et comment réagissent les collaborateurs ? À cette question, Philippe Blanc se veut rassurant : “Il ne s’agit pas de les brusquer en changeant du jour au lendemain leur manière de travailler. L’idée générale est de préserver l’expérience de chacun en faisant évoluer les métiers afin de nous permettre de nous positionner sur des projets toujours plus complexes. Du côté de Swissroc Group, Hestia lui permettra de déployer le BIM en intervenant sur des projets d’envergure.

L’introduction d’outils de gestion innovants est également en cours. L’objectif : faciliter le quotidien des collaborateurs sur le chantier et optimiser les processus de l’entreprise afin de lui permettre d’être encore plus performante. Outre l’aspect “Tech”, Hestia bénéficie de la diversité des expertises du Groupe Swissroc, dont celle de son réseau de partenaires dans des domaines variés, tels que la communication, le droit ou encore la comptabilité. Depuis notre intégration au Groupe, nous disposons d’un support opérationnel non négligeable.

Une complémentarité d’expertises

Cette acquisition par Swissroc Group lie deux entreprises générales avec des profils pourtant bien différents. D’un côté Hestia avec dix années d’existence, un portefeuille de clients institutionnels et des chantiers d’envergure. De l’autre, Swissroc Construction, entreprise historique du groupe Swissroc avec à son actif des références prestigieuses de projets privés et une approche orientée vers l’expérience client, via notamment un département Showroom et Travaux.

Loin d’être en concurrence, les deux entités travaillent de manière complémentaire.

Les appels d’offres sont évalués conjointement et répartis selon leur typologie et l’expertise qu’ils requièrent. Il nous arrive également de diriger certains clients vers Swissroc Construction, considérant celle-ci plus adaptée à répondre au projet de par sa taille notamment. Une logique appliquée également de l’autre côté.”

Au-delà de la distribution des mandats, les entreprises entendent s’enrichir mutuellement en partageant leurs savoir-faire respectifs et pourquoi pas un jour en faisant collaborer leurs équipes sur un même projet.

Des échanges ont déjà lieu sur l’analyse de certains dossiers. “Les deux entreprises vont s’enrichir mutuellement. Swissroc va apporter sa technologie, Hestia son expertise des gros chantiers. Je me réjouis de faire profiter de notre expérience à Swissroc Construction, un peu comme un grand frère et de pouvoir en contrepartie bénéficier de son dynamisme. Ce qui est sûr c’est que l’entente avec son directeur, Xavier Canonica, est excellente”, relève Philippe Blanc.